Old Jack - pages perso

Willie Nelson fait partie des stars, que dis-je, des dieux de la Country Music que l'on ne présente pas, que l'on ne présente plus.

On le reconnaît dès les premières mesures de ses chansons, soit avec sa voix éraillée et nasale typique, soit avec sa célèbre et éternelle guitare complètement déglinguée qui lui permet cette sonorité si particulière.

On le reconnaît avec son visage de vieux hippie sympathique buriné par les ans et à son éternel bandana sur la tête. Du haut de ses 73 ans, il nous fait toujours apprécier la façon qu'il a d'étirer les syllabes pour marquer le relief de ses ballades.

Willie Nelson est texan. Il est né à Fort Worth le 30 avril 1933. La guitare a toujours fait partie de sa vie de baroudeur: il en joue depuis l'âge de 10 ans. Baroudeur, car, à 20 ans, il est sur les routes, tantôt chanteur, tantôt DJ dans les radios locales. Il va jusqu'à vendre lui-même son single: "No Place For Me" à 1 dollar pièce, avec sa photo. Il en vendra quand même pas moins de 3000 exemplaires...

Dans les années 50, il tente sa chance à Nashville, compose des chansons, et devient bassiste dans l'orchestre de Ray Price. Et c'est grâce à Ray Price qu'il arrive à faire connaître ses compositions, parmi lesquelles "Crazy" () dont Patsy Cline fera un très grand succès.

Il entre dans le top 10 de la Country Music en 1961 avec "Touch Me", et trois ans plus tard, il est membre du Grand Ole Opry. Seulement voilà: l'extravagance de son style de musique - et de son style de vie, ses arrangements musicaux proche du jazz ne plaisent pas du tout à l'establishment musical de Nashville.

En 1970, suite à l'incendie de sa maison, il quitte Nashville et son label RCA pour rejoindre son Texas natal et s'installe dans son ranch pour composer sa musique à l'écart de toute contrainte. C'est là qu'il acquiert le look qu'on lui connaît aujourd'hui. Et c'est là également qu'il fêtera l'Independance Day avec son célèbre "Picnic" du 4 juillet qui deviendra, tous les ans, un lieu de rassemblement musical. Avec Waylon Jennings, il se retrouve à la tête d'un mouvement et d'un style de musique non conventionnel rejeté par l'Establishment de l'époque: les Outlaws ou Hors-la-Loi. Ils se réunissent dans une petite cabane à Luckenbach (Texas) pour manger, boire, se disputer, se réconcilier, mais surtout pour y jouer leur musique. Cette cabane de Luckenbach est devenue depuis un lieu de pèlerinage pour les fans de cette musique.

En 1975, Willie Nelson surprend tout le monde avec l'album "Red Headed Stranger" jugé très médiocre par son label CBS. Malgré cela, "Blue Eyes Crying In The Rain" (), une reprise de Fred Rose, devient n°1 des charts, et l'album devient disque d'or. Il fait encore référence aujourd'hui, et c'est entre autres l'album préféré de la chanteuse Norah Jones. Norah Jones avec laquelle il fera en 2003 de très beaux duos dont le fameux "The Wurlitzer Prize" () de Waylon Jennings.

1985, c'est l'année de "Highwayman" (), un album inoubliable avec ses trois compères et complices Johhny Cash, Waylon Jennings ainsi que Kris Kristofferson. Cet album verra non seulement une suite, mais également une vidéo réalisée en mars 1990 (voir: Mes CD préférés).

Au cinéma, on aimera voir Willie Nelson au côté de Kris Kristofferson, Travis Tritt et de Waylon Jennings dans "La Chevauchée des Héros" (1993) (titre original: "The Long Kill"), où nos quatre compères traquent un impitoyable hors-la-loi dans la violence sauvage et la pittoresque beauté du grand ouest américain.

Willie Nelson apparaît aussi dans la chanson - et dans le clip - de Toby Keith: "Whisky For My Men, Beer For My Horses" ()(2002) où il joue le rôle d'un policier à la retraite dans une antre pleine de vieux souvenirs, mais ne dédaignant pas les techniques modernes d'investigation pour autant...

On aimera aussi "Shérif Fais-Moi Peur" (ou en anglais: "The Dukes Of Hazzard", 2005), la version cinématographique de la série bien connue, avec Willie Nelson dans le rôle d'Uncle Jesse (photo ci-contre), Burt Reynolds dans le rôle de Boss Hogg, et avec, bien entendu, les cascades impressionnantes de "General Lee", la célèbre Dodge rouge de Bo et Luke Duke. Et ceux qui préfèrent les pulpeuses rondeurs de la cousine Daisy (Jessica Simpson) ne seront pas déçus non plus.

 
Willie Nelson à l'Olympia de Paris - samedi 26 juin 2010  

Pour le dernier concert de sa tournée européenne 2010 (Allemagne, Autriche, Suisse, Belgique, Pays-Bas, Grande Bretagne, et à raison d'une représentation par jour, s'il vous plait ! ), Willie Nelson est venu à Paris pour un concert unique en France.
 
J'y étais...
 
Et je ne suis pas celui qui a fait le plus de kilomètres pour venir le voir. Dans le voisinage de ma place, on venait de Brest, de Nice, et je n'étais pas loin d'un copain de Haguenau. Drôle de coïncidence quand on voit la taille de cette salle. Comme j'ai acheté mon billet 2 mois et demi avant la représentation, je me suis retrouvé tout devant, au 2e rang, juste derrière le Fan Club de Willie Nelson.
 
Le fond de la scène était tapissé d'un immense drapeau du Texas.
 
Willie Neslon était entouré d'un orchestre familial de 5 musiciens. Il y avait sa soeur au piano, il y avait un harmonica, une guitare basse, la batterie, et un "préposé" aux rythmes exotiques qui maniait aussi bien le tambourin, le tiangle, des petites clochettes et même une crécelle. Les solos de piano et d'harmonica étaient de toute beauté. Et Willie avec sa toute vieille et éternelle guitare ne nous a pas laissé en reste.
 
Dans son tour de chant, Willie Nelson nous a interprété quelques uns de ses grands succès comme: On The Road Again (bien sûr...), Always On My Mind, Beer For My Horses, Corinna Corinna ainsi que quelques airs très connus de Hank Williams: Jambalaya, Hey Good Looking ou encore: Move It On Over, arrangés bien sûr à la sauce Willie.
 

 
Au final, tandis que les musiciens jouaient "I Saw The Light" Willie Nelson s'est rapproché du bord de la scène pour signer des autographes et pour des shakehands. Et j'ai eu le bonheur d'obtenir les deux...


Le fronton de l'Olympia

Le sésame pour voir Willie

Le livret du CD "griffé" par Willie

Création: 8 mai 2007
Mise à jour: 11 mai 2013
Site officiel: http://www.willienelson.com/
Sources:
 - Guide de la Country Music et du Folk, de Gérard Fayard et Jacques Brémond (Fayard, 1991)
 - Das neue grosse Buch der Country Music, de Walter Fuchs (Heel, 2005)
 
Old Jack
11 mai 2013